Blog

Nieuws over onze bossen, evenementen, en het EcoTree-team (binnenkort beschikbaar in het Engels)

L’ONU veut développer les forêts urbaines

L’ONU veut développer les forêts urbaines

« Une grande muraille verte pour les villes » est le nom du projet que lance l’ONU, en marge du Sommet action climat. Parce que les arbres sont nos meilleurs alliés pour faire baisser les températures, contenir le ruissellement des eaux et filtrer la poussière et les émanations toxiques, ce sont 800 000 hectares de bois que les instances internationales prévoient de financer, principalement en Afrique et en Asie.

Pourquoi planter des arbres en ville ?

Si les villes plantent de plus en plus d’arbres, c’est qu’elles en ont compris la nécessité. Les arbres sont bons pour la planète, ils favorisent la biodiversité et enrichissent la nature, mais ils contribuent aussi au bien-être des hommes. Sachant que plus de la moitié des émanations de dioxyde de carbone proviennent des villes et que la tendance est plus à la hausse qu’à la baisse, autant capter le gaz directement à la source. Et en faire profiter les arbres.

L’ONU estime que, bien gérés, les arbres et les forêts urbaines « peuvent contribuer à réduire la température de l'air de 8 degrés Celsius, à réduire de40 % les frais associés à la climatisation et à améliorer la qualité de l'eau ». C’est loin d’être négligeable, sachant que, selon les projections, près de 70% de l’humanité vivra dans des villes en 2050.

La spécialiste des forêts urbaines à la FAO, Simone Borelli, explique qu’en Ethiopie, « on a montré qu'entre les quartiers riches arborés et les quartiers pauvres dénudés, il pouvait y avoir jusqu'à 10 degrés de différence de température. »

Les arbres au centre des villes

Il s’agit, bien entendu, de planter les bons arbres aux bons endroits ; de sélectionner les essences qui sont adaptées au climat local, afin d’obtenir les meilleurs résultats. Ce que préconise ensuite la FAO, c’est de planter les arbres avant de construire les villes, les forêts étant en quelque sorte le centre des villes du futur. Nous sommes là bien loin des villes de glace et d’acier imaginées par les auteurs de science-fiction. Et cela, parce que, « en Chine et en Asie, 30 à 40% des villes qui existeront en 2050 ne sont pas encore construites, et les villes sont en croissance de 2 à 3% par an », comme l’explique Simone Borelli.

Pour ce qui est des forêts urbaines, Singapour fait office de ville référence, ayant investi il y a 50 ans afin de devenir le jardin urbain de l’Asie. L’ONU cite encore le projet de grande muraille verte mis en place par l’Union africaine et les actions contre la désertification en Haïti et aux Iles Fidji, que finance l’Union européenne. Paris, qui n’est pas très en avance en la matière, met en place une stratégie de rafraîchissement urbain, promettant 12 hectares débitumés d’ici à 2020.

Quels projets et quel coût ?

Reste à savoir comment ces projets seront mis en place et avec quels financements. La FAO estime le coût de l’opération qu’elle promeut à 1,5 milliard de dollars. Ce, afin de financer 500 000 hectares de forêts urbaines et de maintenir 300 000 hectares qui existent déjà, dans 30 pays d’Afrique et d’Asie, à raison d’au moins trois villes par pays.

Pour mener à bien ce grand projet mondial, la FAO s’est entourée de huit partenaires scientifiques, ONG ou urbanistes : le Royal Botanic Gardens Kew, la société italienne de sylviculture et d'écologie forestière, le cabinet d'architecture italien de Stefano Boeri, auteur des "forêts verticales" à Milan, le centre de recherche chinois sur la foresterie urbaine, le groupe C40 qui regroupe des grandes villes luttant contre le réchauffement climatique (dont Paris), l'ONG américaine Arbor Day Foundation, le programme des Nations unies pour l'habitat UN-Habitat basé à Nairobi (Kenya) et l'ONG Cities4Forest.

Vivement des villes plus vertes !

Soortgelijke artikelen
Focus sur le bouleau
Focus sur le bouleau

Jadis vénéré par les peuplades amérindiennes ou scandinaves, il est célébré en Russie où on le considère comme l’arbre national. Symbole de sagesse, de purification, de renaissance, il est l’arbre de vie. C’est en outre un arbre pionnier, aux multiples vertus.

Het vervolg lezen

Venez franchir un nouveau cap avec EcoTree !
Venez franchir un nouveau cap avec EcoTree !

Une nouvelle levée de fonds, une ouverture à l'international, des équipes qui se structurent... de nouvelles pages qui s'ajoutent à l'aventure d'EcoTree que vous avez commencé à écrire avec nous il y a un peu plus de 3 ans. De belles perspectives d'avenir et l'occasion de revenir sur nos débuts.

Het vervolg lezen

La Norvège fixe le prix du carbone mondial et incite le Gabon à préserver sa forêt
La Norvège fixe le prix du carbone mondial et incite le Gabon à préserver sa forêt

Alors que ce sont des milliers de kilomètres carrés de forêt qui brûlent en Indonésie, après ceux de la forêt d’Amazonie, la Norvège a décidé de payer le Gabon pour qu’il préserve sa forêt. Et double par la même occasion le prix de la tonne de carbone. Et s’il valait mieux soutenir que punir ?

Het vervolg lezen

Arbres fruitiers : comment mettre à profit les qualités de la nature
Arbres fruitiers : comment mettre à profit les qualités de la nature

Dans la Drôme, l’INRA a imaginé un verger circulaire d’espèces d’arbres fruitiers diversifiées, afin qu’elles collaborent les unes avec les autres pour contrer les maladies, les champignons et les ravageurs. L’objectif est de se passer de produits phytosanitaires en utilisant les ressources naturelles.

Het vervolg lezen

Services & garanties van EcoTree

Veilige betalingen

Veilige betalingen
Stripe - SEPA (€)

Klantendienst

Klantendienst
Tevreden of terugbetaald
24/7

EcoTree & het AMF

EcoTree & het AMF
EcoTree is bij het AMF onder het nummer D-18-01 geregistreerd als makelaar in diverse goederen.

100 % Europees bedrijf

100 % Europees bedrijf
Steun een jonge start-up en draag bij aan de creatie van werkgelegenheid