Blog

Nouvelles de nos forêts, événements, vie de l'équipe EcoTree

SOS, forêts tropicales primaires en danger !

SOS, forêts tropicales primaires en danger !

En 2018, les régions tropicales ont perdu 12 millions d’hectares de couverture arborée. En matière de déforestation, l’année 2018 prend donc la quatrième place de la pire des années depuis 2001. Ces chiffres sont extrêmement préoccupants, lorsque l’on sait que, près d’un tiers des forêts tropicales ayant disparu l’année dernière, étaient des forêts primaires – irremplaçables.

L’agence Global Forest Watch (GFW) classe l’année 2018 comme la quatrième plus mauvaise depuis le début du millénaire, pour ce qui est de la déforestation. Et plus spécifiquement, des forêts tropicales primaires, soit celles qui abritent le plus de biodiversité au monde, et absorbent le plus de CO2.

Selon le botaniste Francis Hallé, une forêt primaire peut se reconstituer en 700 ans, si l’homme n’y met pas les pieds. Cela donne une idée de ce que représente la perte de 3,6 millions d’hectares de forêts vierges en 2018, soit la surface de la Belgique.

Des actions irréversibles

Comme nous l’avions évoqué, selon la revue Science, les forêts tropicales émettent désormais plus de dioxyde de carbone dans l’air qu’elles n’en absorbent. Cela, à cause de la déforestation et des dégradations commises dans les forêts tropicales. Nous avions également évoqué le fait que les forêts tropicales ne devraient pas être exploitées, parce que lentes à se renouveler et que les grands arbres ont le plus grand mal à repousser, une fois abattus. Or, ces arbres, qui peuvent « atteindre des centaines voire des milliers d’années », comme le rappelle le communiqué de Global Forest Watch, ne sont pas pour rien dans le fait que les forêts tropicales primaires stockent plus de carbone que les autres.

Les pays les plus touchés

Brésil, République démocratique du Congo, Indonésie, Colombie et Bolivie sont les cinq Etats qui connaissent la plus forte déforestation. Mais la situation est aussi alarmante à Madagascar, l’un des pays les plus pauvres du monde, qui a perdu « 2 % de sa forêt tropicale primaire en 2018, une proportion supérieure à celle de tout autre pays tropical », selon les données rapportées par GFW. Quant au Ghana et à la Côte d’Ivoire, la destruction de la forêt tropicale primaire y a fortement augmenté entre 2017 et 2018.

Les Etats peuvent agir

Les Etats peuvent agir, les chiffres le prouvent. Le Brésil et l’Indonésie, qui totalisaient 71 % des pertes de forêts tropicales primaires en 2002, n’en représentent plus que 46 % en 2018. « La perte de forêt primaire en Indonésie a atteint son taux le plus bas depuis 2003, poursuivant une baisse encourageante amorcée en 2017 ». Or, on peut expliquer cette baisse de la déforestation par des « politiques gouvernementales récentes », qui ont permis d’ouvrir des zones forestières protégées. GFW rappelle toutefois que le climat humide de l’année 2018 a été favorable à la forêt et que le phénomène El Niño, qui revient en 2019, pourrait changer la donne.

A l’inverse, au Brésil, on a noté une reprise de la déforestation depuis janvier 2019, alors que celle-ci avait reculé au début des années 2000. Et il se trouve que le président brésilien a fait savoir qu’il ferait passer les intérêts miniers et agricoles avant la protection de l’environnement. Tandis qu’en Colombie, les accords signés entre le gouvernement et les Farc ont ouvert la voie à la déforestation de certaines zones qui étaient occupées par les Forces armées révolutionnaires.

Le mieux serait d’éviter de défaire ce que l’homme ne peut pas refaire.

Articles similaires
Forêt française : une « belle au bois dormant » ?
Forêt française : une « belle au bois dormant » ?

Dans une note publiée récemment, La Fabrique écologique estime qu’en France, la forêt est une « belle au bois dormant », condamnée à le rester en l’absence de plan public digne de ce nom. Le constat est juste : la forêt française est sous-exploitée. Mais est-ce à l’Etat de pallier cela ?

Lire la suite

Mundiya Kepanga : un chef papou contre la déforestation
Mundiya Kepanga : un chef papou contre la déforestation

La déforestation se poursuit en Papouasie Nouvelle-Guinée, où le bois est souvent vendu illégalement et remplacé par des palmiers à huile. Au détriment de la biodiversité et des forêts primaires, si importantes pour le climat mondial. Un chef papou est monté au créneau. Il vient en France sonner l’alerte.

Lire la suite

Notre-Dame : une forêt au cœur de Paris
Notre-Dame : une forêt au cœur de Paris

C’est sans doute la plus belle forêt de Paris qui a flambé la nuit dernière. Sur le toit de Notre-Dame, tout est consumé. Cette « forêt » – c’est ainsi que l’on surnommait la charpente de la cathédrale – avait été faite de main d’homme. Elle était composée de poutres qui pouvaient avoir 1300 ans. Avant de rebâtir, remémorons-nous cette histoire.

Lire la suite

Ces essences d’arbres qui ont été introduites en Europe
Ces essences d’arbres qui ont été introduites en Europe

La dernière période de glaciation s’est achevée environ 10 000 ans avant notre ère. Dès lors, des essences pionnières ont peu à peu colonisé l’Europe, du sud au nord. Feuillus et conifères ont formé les paysages que nous connaissons aujourd’hui. Mais pas seulement. L’homme y a aussi contribué de différentes manières. Notamment par l’introduction d’essences exotiques, principalement aux XVIIIe et XIXe siècles. En voici...

Lire la suite

Services & Garanties EcoTree

Paiements sécurisés

Paiements sécurisés
SlimPay - SEPA - Payline

Service client

Service client
Satisfait ou remboursé
24h/24 & 7j/7

EcoTree & l'AMF

EcoTree & l'AMF
EcoTree est enregistré auprès de l’AMF sous le numéro D-18-01 en tant qu’intermédiaire en biens divers

Entreprise 100% européenne

Entreprise 100% européenne
Soutenez une jeune pousse et participez à la création d'emplois