Blog

Nouvelles de nos forêts, événements, vie de l'équipe EcoTree

Les arbres de la liberté : origine et histoires

Les arbres de la liberté : origine et histoires

Il arrive qu’au 14 juillet soient plantés des arbres de la liberté. Que sont-ils et à quand remonte cette tradition ? Voici leur histoire en quelques dates.

Depuis la Révolution française, l’arbre est un symbole de la liberté. Car il est symbole de vie, de puissance, de croissance et de force. Il apparaît depuis le début sur l’une des faces des pièces françaises d’un euro et de deux euros. Héritée de la Révolution d’indépendance américaine, au cours de laquelle on planta des piquets de la liberté, cette tradition doit aussi beaucoup à de bien plus anciennes. Chez les Gaulois comme chez les Romains, on plantait des arbres de mai pour célébrer l’arrivée du printemps. Mais le premier français qui planta un arbre de la liberté fut le comte Camille d'Albon en 1782 dans les jardins de sa maison de Franconville, pour rendre hommage à Guillaume Tell.

Les arbres de la Révolution

C’est à la Révolution française que l’on planta en grande cérémonie de jeunes peupliers dans les communes françaises. En 1792, la France étant en guerre contre l’Autriche, la pratique se développa, dans un élan patriotique. L’arbre était un symbole fort de l’élan révolutionnaire. D’après l’abbé Grégoire, on planta quelques soixante mille peupliers en France à cette époque, et Paris en aurait eu plus de deux cents. Même le roi Louis XVI aurait présidé la plantation d’un arbre de la liberté dans le jardin des Tuileries.

La plantation de ces arbres donnait lieu à de grandes fêtes populaires auxquelles participaient aux côtés du peuple toutes les autorités. Les arbres étaient décorés, ornés de fleurs et de rubans patriotiques, servant de stations lors de processions et de fêtes civiques.

Des arbres que l’on abat

Pourtant, les arbres de la liberté ne firent jamais l’unanimité. Certains étaient attaqués, déracinés, coupés et l’on en replantait chaque fois. Le 31 mars 1794, à Clermont, Michel Fauré fut guillotiné pour avoir déraciné un arbre et crié « Vive le roi ! » Sous la Restauration, Louis XVIII donna des ordres pour que furent déracinés ces emblèmes de la Révolution. Par la suite, lors de chaque soubresaut révolutionnaire, de nouveaux arbres furent plantés. Ce fut le cas en juillet 1830, lors des Trois glorieuses qui devaient porter Louis-Philippe sur le trône. En 1848, lors de la révolution de février, on en planta plus encore. Mais en 1850, le préfet de Paris fit abattre tous les arbres de la liberté de Paris. En 1870, lors du retour de la République, on en planta de nouveaux ; puis encore en 1889, pour le centenaire de la Révolution, et en 1892. En encore, à la fin des deux guerres mondiales. Mais à chaque époque, ces arbres de la liberté ont eu leurs défenseurs et leurs opposants.

Articles similaires
Focus sur le genévrier cade
Focus sur le genévrier cade

En France, Juniperus oxycedrus est un arbre emblématique de la Provence et de la Corse. Cet arbuste de la garrigue et du maquis est une espèce très présente sur tout le pourtour méditerranéen, où on le rencontre du Maroc à l’Iran. Il est surnommé petit cèdre ou cèdre piquant, à cause de ses aiguilles. On l’appelle aussi plus communément cade. Ses propriétés naturelles sont reconnues depuis longtemps.

Lire la suite

Focus sur le thuya
Focus sur le thuya

On l’appelle cèdre du Canada, en raison de ses origines nord-américaines, mais là-bas, il est appelé Arbor vitae, qui signifie arbre de la vie. Cela, pour son feuillage persistant, mais aussi pour ses vertus médicinales. Au XVIe siècle, Jacques Cartier et ses compagnons auraient été guéris du scorbut par les Amérindiens au moyen de tisanes de thuya.

Lire la suite

Forêt d’Amazonie : pas si vierge qu’on croit
Forêt d’Amazonie : pas si vierge qu’on croit

La forêt amazonienne a été influencée par l’homme et n’est pas cette forêt vierge de toute intervention humaine que l’on pourrait croire. C’est ce qu’explique le chercheur Guillaume Odonne, qui coordonne une mission scientifique en Amazonie, pour le Laboratoire écologie, évolution, interactions des systèmes amazoniens (LEEISA), le CNRS, l’Université de Guyane et l’Ifremer.

Lire la suite

L’exploitation sélective de la forêt amazonienne remise en question
L’exploitation sélective de la forêt amazonienne remise en question

Selon une étude menée par l’Observatoire des forêts tropicales aménagées (TmFO), publiée le 13 juin dans la revue Environmental Research Letters, « l’exploitation sélective ne permettra pas de fournir suffisamment de bois pour satisfaire la demande régionale sur le long terme. » C’est une chose compliquée, sans doute, mais ne serait-il pas plus sage de cesser de vouloir exploiter la forêt d’Amazonie ?

Lire la suite

Services & Garanties EcoTree

Paiements sécurisés

Paiements sécurisés
SlimPay - SEPA - Payline

Service client

Service client
Satisfait ou remboursé
24h/24 & 7j/7

EcoTree & l'AMF

EcoTree & l'AMF
EcoTree est enregistré auprès de l’AMF sous le numéro D-18-01 en tant qu’intermédiaire en biens divers

Entreprise 100% française

Entreprise 100% française
Soutenez une jeune pousse et participez à la création d'emplois