Blog

Nouvelles de nos forêts, événements, vie de l'équipe EcoTree

Label bas carbone : c’est officiel !

Label bas carbone : c’est officiel !

Mardi 23 avril 2019 a été officiellement lancé le label bas carbone par François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, et Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire. Quel est ce nouveau label ?

Selon le communiqué officiel d’Institute For Climate Economics (I4CE), « le label est le premier cadre de certification carbone adopté par la France, pour récompenser ceux qui agissent pour le climat. Il s’adresse à tous les acteurs qui développent des projets de réduction des émissions de gaz à effet de serre ou de séquestration du carbone, et qui veulent certifier ces réductions afin de les valoriser économiquement. Il s’adresse également à tous ceux – collectivités, entreprises ou citoyens – qui veulent soutenir des projets innovants pour le climat et souhaitent que la qualité de ces projets soit certifiée. »

Contribuer à atteindre les objectifs climatiques de la France

Le label offre à tous ceux qui souhaitent contribuer à atteindre les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, une certification garantie par l’Etat. En d’autres termes, qu’il s’agisse d’individus, d’entreprises, de collectivités, le label décerné par l’Etat assure que les financements de projets vertueux pour le climat et l’environnement soient effectués en toute transparence et atteignent l’objectif fixé.

Des porteurs de projets labellisés

C’est aussi l’intérêt de ce label, les porteurs de projets qui auront été labellisés pourront « se faire rémunérer par un partenaire volontaire (acteur public ou privé), qui pourra faire reconnaître ses contributions à des réductions d'émissions additionnelles issues de ces projets ».

Les réductions pourront être utilisées uniquement dans un cadre de compensation volontaire, par des acteurs non étatiques. Les actions qui permettent d'obtenir des réductions d'émissions additionnelles à celles qu’exige la réglementation pourront être labellisées.

Quelles émissions ?

On peut réduire des émissions de plusieurs sortes.

  • Directement, après un projet émetteur de gaz à effet de serre.
  • De manière anticipée résultant « de la prise en compte d'une trajectoire vraisemblable de réductions d'émissions nettes découlant directement du projet sur une période ultérieure, par comparaison à un scénario de référence ». C’est le cas d’un projet en agroforesterie, puisque les réductions d’émissions se feront sur le long terme.
  • Le label pourra également reconnaître des émissions indirectes, c’està-dire que l’on peut également réduire son empreinte carbone dans le cadre d’« émissions liées à la production de l'énergie importée par les activités couvertes par le projet ou les émissions liées à la chaîne de valeur complète des activités couvertes par le projet (déplacement des salariés, production des matières premières, transport amont ou aval des marchandises, utilisation ultérieure des produits vendus, etc.) ».

Comment agir concrètement ?

Jusqu’à la mise en place de ce label, les projets de compensation étaient réalisés à l'étranger, dans les pays en développement. Le label a donc pour objet de soutenir l'émergence de projets d'atténuation ou de séquestration sur le territoire français. La labellisation portera en France sur des activités de boisement, de reconstitution de peuplements dégradés ; sur la conversion de taillis en futaie et sur l'élevage bovin. Tout cela a été développé de concert avec les filières agricoles et forestières, le centre national de la propriété forestière (CNPF) et l'institut de l'élevage.

C’est ainsi que cinq projets pilotes ont été conjointement mis en place par la Poste et le CNPF entre 2015 et 2017 pour évaluer les bénéfices réels du reboisement ou du repeuplement en Lozère, Puy-de-Dôme, Haute-Vienne, Ardèche et Dordogne. Au bout du compte, on a estimé à 10.830 tCO2 le gain de ces projets sur la durée totale de la vie des arbres.

Articles similaires
Forêts de France : qui gère quoi ?
Forêts de France : qui gère quoi ?

Il existe plusieurs régimes de propriété forestière en France, qui sont issus d’une longue histoire. Forêts privées, domaniales, communales : il n’est pas toujours facile de s’y retrouver. Qui gère quoi et selon quelles règles ? Voici ce qu’il faut comprendre.

Lire la suite

Le réchauffement climatique modifie l’aspect des forêts
Le réchauffement climatique modifie l’aspect des forêts

Depuis le XIXe siècle, nous sommes entrés dans une phase de réchauffement climatique. Ce réchauffement est dû à une évolution naturelle du climat mondial, accélérée par l’activité humaine. Les arbres y sont sensibles. Certaines espèces ont besoin de chaleur, d’autre de froid et d’humidité. Vers quelles forêts allons-nous sous nos latitudes ?

Lire la suite

Forêt française : une « belle au bois dormant » ?
Forêt française : une « belle au bois dormant » ?

Dans une note publiée récemment, La Fabrique écologique estime qu’en France, la forêt est une « belle au bois dormant », condamnée à le rester en l’absence de plan public digne de ce nom. Le constat est juste : la forêt française est sous-exploitée. Mais est-ce à l’Etat de pallier cela ?

Lire la suite

Mundiya Kepanga : un chef papou contre la déforestation
Mundiya Kepanga : un chef papou contre la déforestation

La déforestation se poursuit en Papouasie Nouvelle-Guinée, où le bois est souvent vendu illégalement et remplacé par des palmiers à huile. Au détriment de la biodiversité et des forêts primaires, si importantes pour le climat mondial. Un chef papou est monté au créneau. Il vient en France sonner l’alerte.

Lire la suite

Services & Garanties EcoTree

Paiements sécurisés

Paiements sécurisés
SlimPay - SEPA - Payline

Service client

Service client
Satisfait ou remboursé
24h/24 & 7j/7

EcoTree & l'AMF

EcoTree & l'AMF
EcoTree est enregistré auprès de l’AMF sous le numéro D-18-01 en tant qu’intermédiaire en biens divers

Entreprise 100% française

Entreprise 100% française
Soutenez une jeune pousse et participez à la création d'emplois