Blog

Nouvelles de nos forêts, événements, vie de l'équipe EcoTree

La France a très mal à sa biodiversité

La France a très mal à sa biodiversité

Le dernier rapport du ministère de la Transition écologique n’est guère rassurant. Jeudi 24 octobre 2019, comme tous les quatre ans, le ministère a rendu public son rapport sur l’état de l’environnement en France, et le bilan n’est pas bon. Pollution de l’air et des sous-sols, perte de la biodiversité, dépassement des rejets de CO2 : nous sommes encore loin des objectifs visés.

A en juger par le rapport ministériel, l’état de l’environnement en France n’est pas bon et aurait même plutôt tendance à se dégrader qu’à s’améliorer. Si l’air est globalement plus respirable dans l’Hexagone, ce n’est pas le cas dans les grandes villes. Outre cela, la qualité des eaux souterraines se dégrade, la biodiversité s’amenuise, les températures sont en hausse et les émissions de CO2 encore beaucoup trop élevées.

Diminution trop faible des émissions de gaz à effet de serre

Entre 1990 et 2017, les émissions de gaz à effet de serre (GES) ont diminué de 18%. Toutefois, estime le rapport, la trajectoire de la baisse est « encore éloignée de celle qui permettrait de respecter les objectifs de l'accord de Paris sans ruptures des modes de vie ». La cause de cette diminution encore beaucoup trop faible, ce sont les bâtiments et les transports dont la consommation d’énergie peine à diminuer.

Par ailleurs, si les rejets de la plupart des polluants sont en recul (l’oxyde d’azote rejeté dans l’air a par exemple diminué de 49% entre 2000 et 2017), ce n’est pas le cas partout et le rapport souligne le fait que « chaque année, plusieurs agglomérations font face à des dépassements des seuils réglementaires de protection de la santé humaine ». De son côté, la Cour de justice européenne estime que la France a dépassé « de manière systématique et persistante » le seuil limite de dioxyde d'azote depuis 2010.

Eaux souterraines en péril

La qualité des eaux s’améliore indéniablement en surface, dans les lacs et les rivières, mais pas dans les sous-sols où sont pourtant prélevés 66% des volumes d’eau potable. « Depuis 2000, environ 2.400 captages ont été abandonnés sur près de 22.000 », explique ainsi le ministère. Les rejets de nitrates sont la première cause de pollution des eaux souterraines, avant la mircobiologie et les pesticides, dont on voit que les courbes ne font que grimper depuis le début des années 2000, tout comme la température moyenne de la France n’a de cesse d’augmenter depuis 1990.

Biodiversité en danger

La dégradation de l’environnement se lit indéniablement dans la destruction progressive de la biodiversité de la métropole française et de ses territoires d’Outre-mer. Ce sont ainsi 18% des espèces que les scientifiques ont évaluées qui sont éteintes ou menacées. Outre-mer, où la biodiversité est la plus riche, 39% des espèces animales et végétales sont menacées. Les oiseaux sont particulièrement touchés par cette hécatombe. En métropole, les populations d'oiseaux communs sont en grand danger. Les hirondelles ont ainsi perdu 22% de leur population entre 1989 et 2017. Par l’artificialisation des sols, les écosystèmes se réduisent et se dégradent et seuls 20% des habitats naturels d’intérêt communautaire sont encore dans un état de conservation « favorable ». Les habitats les plus endommagés sont les dunes, les tourbières, et plus largement, tous les milieux humides. Seuls 10% d’entre eux respectent encore le niveau édicté par la directive européenne Habitats-Faune-Flore. Pour ce qui est des milieux forestiers, les populations d’oiseaux communs ont été réduites de 3% entre 1989 et 2017, ce qui est dix fois moins que les espèces de milieux bâtis (-30%) et des milieux agricoles (-33%) !

Réduire notre empreinte carbone

La France dépasse ainsi la majorité des neuf seuils de comparaison établis pour la première fois dans ce rapport. Chaque année, les habitants de l’Hexagone relâchent en moyenne 4,9 tonnes de CO2 dans l’atmosphère, ce qui est au-dessus de la moyenne mondiale qui s’établit à 4,8 tonnes et très au-delà de l’objectif fixé aux alentours de 2 tonnes par an depuis 2018, afin de maintenir la hausse des températures au-dessous des 2°C sur Terre.

Français, encore un effort pour la planète !

Articles similaires
Un synode pour la forêt amazonienne
Un synode pour la forêt amazonienne

Le synode sur l’Amazonie qui se tient au Vatican n’a pas fini de remuer des idées. Il en est une qui a retenu toute notre attention, celle d’un nouveau modèle économique pour sauver la forêt amazonienne, prônée par le climatologue et prix Nobel de la paix Carlos Nobre.

Lire la suite

Le rêveur de la forêt : des arbres dans l’art
Le rêveur de la forêt : des arbres dans l’art

Le musée Zadkine de Paris expose la forêt des artistes sous un nom si révélateur, Le rêveur de la forêt. Croisant les époques, les médiums et les genres, l’exposition donne une vision passionnante du rapport de l’homme occidental à la forêt à travers les siècles. Fasciné par cette masse vivante et animée, l’homme a tenté tour à tour de civiliser, de soumettre et de protéger la forêt. Il l’a rêvée, chantée, fantasmée et...

Lire la suite

Focus sur le pin sylvestre
Focus sur le pin sylvestre

Plus grand conifère d’Europe, on le considère aussi comme le plus beau de nos pins. Originaire d’Europe moyenne et septentrionale, son aire de répartition s’étend jusqu’à la Sibérie orientale et au montagnes du nord du Moyen-Orient. Très présent partout en France sauf dans le Sud-Ouest et sur le pourtour méditerranéen, on lui trouve de nombreuses utilités, même en médecine douce.

Lire la suite

AlterEgo x EcoTree, un partenariat évident !
AlterEgo x EcoTree, un partenariat évident !

ALTER EGO, l'agence de communication responsable, a répondu à nos questions sur leur engagement environnemental et leur partenariat avec EcoTree. Découvrez !

Lire la suite

Services & Garanties EcoTree

Paiements sécurisés

Paiements sécurisés
SlimPay - SEPA - Payline

Service client

Service client
Satisfait ou remboursé
24h/24 & 7j/7

EcoTree & l'AMF

EcoTree & l'AMF
EcoTree est enregistré auprès de l’AMF sous le numéro D-18-01 en tant qu’intermédiaire en biens divers

Entreprise 100% européenne

Entreprise 100% européenne
Soutenez une jeune pousse et participez à la création d'emplois