Blog

Nouvelles de nos forêts, evènements, vie de l'équipe EcoTree

L’agroforesterie, c'est quoi ?

L’agroforesterie, c'est quoi ?

L’agroforesterie n’est pas une nouveauté, elle a été pratiquée depuis l’Antiquité mais remise au goût du jour il y a quelques années.

Pratiquée sous toutes les latitudes et de tout temps, ce que l’on nomme agroforesterie est une pratique somme toute naturelle, que le développement de l’agriculture intensive d’après-guerre avait rendue obsolète.  

L’Association française d’agroforesterie la définit ainsi : « L’agroforesterie désigne les pratiques, nouvelles ou historiques, associant arbres, cultures et/ou animaux sur une même parcelle agricole, en bordure ou en plein champ. »

L’appellation traditionnelle de cette technique est la complantation, attestée depuis l’Antiquité, qui s’est maintenue en Normandie où les prairies sont plantées de pommiers. Elle a été largement mise à profit en Provence où certains baux de l’époque médiévale stipulaient que celui qui en avait la jouissance se devait de cultiver et de planter. Les arbres fruitiers ont longtemps fait bon ménage avec la culture des céréales. Dans l’agroforesterie moderne, les arbres occupent généralement 20 à 30% de la surface agricole utile.

Quels avantages ?

A Restinclières dans l’Hérault, une expérimentation menée par l’Inra dans les années 1990, associant la culture de noyers et de blé a démontré qu’une parcelle agroforestière de 100 ha pouvait produire autant de biomasse (bois et produits agricoles) qu’une parcelle de 136 ha où arbres et cultures auraient été séparés. Le gain de productivité est donc de 36%. Cela est possible par la combinaison de plusieurs facteurs.

- Les arbres offrent une protection aux plantes cultivées contre le vent, les pluies violentes, la grêle ou les trop fortes chaleurs. Ils ont une fonction similaire à celle des haies que l’on trouve dans les bocages en permettant aux oiseaux et aux autres prédateurs d’insectes de réduire les risques pour les plantations.

- Il a également été montré que le besoin d’engrais et de pesticides était moindre pour les cultures dans cette configuration, les feuilles tombant des arbres venant notamment nourrir la terre.

- L’arbre, confronté à la concurrence des plantes, plonge ses racines plus profondément et favorise la circulation capillaire de l’eau, il agit contre la sécheresse des sols et permet à l’eau de pluie d’atteindre plus facilement les nappes phréatiques. Les racines profondes des arbres limitent la pollution des eaux par la récupération des nitrates et évitent l’érosion des sols.

On note aussi que les arbres poussent plus vite en bénéficiant de la photosynthèse – étant plantés assez loin les uns des autres – et de l’engrais donné aux plantes.

Ils stockent le carbone dans leur bois et dans le sol qu’ils enrichissent en profondeur par la décomposition de leurs racines fines.

Enfin, le fait de planter des arbres sur une terre cultivée permet d’introduire de la biodiversité mais aussi une seconde source de revenus, les arbres à maturité pouvant être coupés et vendus. Il existe ainsi plusieurs types d’agroforesterie, celle qui consiste à planter des arbres fruitiers et celle qui consiste à planter différentes espèces d’arbres qui seront utilisées pour leur bois et dont la diversité diminue le risque de pertes en cas d’épidémie.

L’Inra estime ainsi qu’un « peuplement agroforestier de faible densité, de 50 à 100 arbres, peut augmenter le stock de carbone de 1 à 2 tonnes/ha/an. »

Ce qui a changé

Au XXe siècle, l’agroforesterie a fortement reculé, de par l’arrivée des machines qu’il était plus simple de conduire sur des terres nues. Après la seconde guerre mondiale, le phénomène s’est accentué. De 600 millions d'arbres dans les parcelles agricoles françaises dans les années 1940-50, nous sommes arrivés à 200 millions au début du XXIe siècle. La PAC a encore accru l’arrachage des arbres sur les parcelles cultivées en excluant jusqu’en 2006 la possibilité pour une parcelle consacrée à deux productions d’obtenir des subventions pour les deux. Ce, pour des raisons administratives. Mais cela a changé et l’agroforesterie est désormais encouragée, notamment par une loi française datant de 2010.

Il est donc permis de croire que des arbres seront replantés dans les champs aussi massivement qu’ils furent arrachés. Cette pratique ancestrale est désormais scientifiquement expliquée et EcoTree lui apporte naturellement son soutien.  

Articles similaires
Demain, des tours en bois 2.0 ?
Demain, des tours en bois 2.0 ?

Le XXIe siècle sera-t-il celui du bois ? C’est ce qu’assure Timothée Boitouzet, fondateur de la start-up Woodoo, qui estime que les villes seront construites en bois, demain.

Lire la suite

Sauver les forêts : le droit au secours de la planète
Sauver les forêts : le droit au secours de la planète

Au début du mois d’avril, la Cour Suprême de Colombie a donné raison à une association contre l’Etat colombien, reconnaissant la forêt amazonienne comme sujet de droit. Faut-il en arriver là pour sauver les meubles ?

Lire la suite

Quelles règles pour protéger les forêts des incendies ?
Quelles règles pour protéger les forêts des incendies ?

L’été arrive, les risques d’incendies forestiers aussi. Selon le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, on a compté environ 4000 feux de forêt par an, au cours de la dernière décennie, détruisant environ 10 000 hectares. Voici comment éviter des départs de feu.

Lire la suite

Terre à crédit : depuis le 5 mai la France est en déficit écologique !
Terre à crédit : depuis le 5 mai la France est en déficit écologique !

« Le constat est clair : si la planète était une entreprise, elle serait en faillite. » Les mots de Pascal Canfin, directeur général du WWF France sont sans appel. Il faudrait presque trois planètes Terre si l’humanité entière avait le rythme de consommation des Français.

Lire la suite

Services & Garanties EcoTree

Paiements sécurisés

Paiements sécurisés
SlimPay - SEPA - Payline

Service client Satisfait ou remboursé 24h/24 & 7j/7

Service client
Satisfait ou remboursé
24h/24 & 7j/7

EcoTree & l'AMF

EcoTree & l'AMF
EcoTree est enregistré auprès de l’AMF sous le numéro D-18-01 en tant qu’intermédiaire en biens divers

Entreprise 100% française

Entreprise 100% française
Soutenez une jeune pousse et participez à la création d'emplois