Blog

Nouvelles de nos forêts, événements, vie de l'équipe EcoTree

Focus sur le douglas

Focus sur le douglas

Ce conifère originaire de l’Amérique du Nord, où il peut vivre jusqu’à 1000 ans, est un résineux à croissance rapide, dont le bois a de très bonnes qualités techniques. C’est pourquoi il prend de plus en plus d’importance en France, où son aire de plantation ne cesse de s’étendre.

Pseudotsuga menziesii est une espèce de conifère de la famille des Pinaceae. Bien qu’il ne s’agisse pas véritablement d’un sapin, on l’appelle communément douglas vert ou sapin de Douglas, du nom du botaniste écossais David Douglas qui l’a introduit en Europe en 1827, et en France en 1842. Essence de demi-ombre nécessitant une pluviométrie assez conséquente, résistant au froid, aux gelées tardives, aux neiges lourdes et au vent, elle s’est bien adaptée à l’Europe où son utilisation est importante depuis le XXe siècle, dans le cadre de reboisements ou en sylviculture. Sous l’impulsion du Fonds forestier national, le douglas a été largement planté en France jusqu’à devenir la deuxième essence de reboisement du pays, couvrant non moins de 420 000 hectares. On le trouve beaucoup dans le Massif central et les Vosges, mais aussi dans les plaines du Nord, encore assez peu en Bretagne (4% de la surface boisée).

Description du Douglas

Cet arbre au port conique, au tronc droit, présente une écorce gris vert, lisse, couverte de pustules de résine chez les jeunes arbres, et devenant brun orangé, liégeuse et crevassée sur la longueur à l’âge adulte. A cet âge, il atteint la taille de 50 à 80 mètres de hauteur pour un diamètre de deux mètres, dans sa région d’origine. En Europe, il ne dépasse pas les 70 mètres de hauteur. Il pousse particulièrement sur les sols humides et légers, acides à neutres et redoute le calcaire actif, l’hydromorphie et les sols trop compacts. Son enracinement est lent à s’établir. Ses aiguilles ne piquent pas, elles sont molles avec un sillon sur la face supérieure, et deux bandes blanches peuvent être discernées sur leur face inférieure. Lorsqu’on les froisse, une forte odeur de citronnelle s’en dégage. Ses cônes apparaissent en avril-mai et seront mûrs en octobre de la même année. Ils sont pendants, ovoïdes de taille moyenne (5 à 10 cm) et de chaque écaille émerge une bractée à trois pointes.

Son duramen est de couleur brun rosé tandis que l'aubier est de couleur jaune brun clair. Le bois est à fil droit, avec des cernes larges (du fait de sa croissance rapide) et une texture forte (grande proportion de bois final). En plus des grandes dimensions et de la bonne régularité des tiges, le bois de cœur du douglas est plus solide et résistant que la moyenne des résineux courants utilisés en Amérique du Nord et en Europe.

Utilisation du bois de Douglas

Ses propriétés mécaniques en font un bois assez comparable à celui du mélèze, supérieur à la majorité des pins, mais comparable au pin du Nord, et bien supérieur aux sapins et aux épicéas. Ces propriétés en font un bois particulièrement approprié pour des utilisations en structure.

En Amérique du Nord, il est un des bois d'œuvre les plus importants. Le bois qui provient d'arbres de peuplements naturels d'Amérique du Nord, à accroissements fins, est souvent commercialisé en Europe sous le nom américain d’Oregon Pine, ou pin d’Oregon. Aujourd’hui, la France possède 50% de la ressource européenne de douglas, prenant la deuxième place des producteurs mondiaux, derrière les Etats-Unis.

Le douglas est particulièrement apprécié en construction, de par ses performances mécaniques supérieures à celles des autres résineux, et sa durabilité naturelle supérieure à la majorité des autres résineux que l’on récolte en Europe. Autres avantages, son duramen résiste mieux aux insectes et aux champignons que la plupart de ses concurrents et ses qualités esthétiques sont fort appréciables. Il est donc utilisé pour des architectures de plein air ou des ouvrages d’art, pour la construction de charpentes, et pour la menuiserie. Il est encore employé pour la fabrication d’emballages, de panneaux, de contreplaqués et de pâte à papier kraft.

Vous aussi, participez au reboisement des forêts françaises en achetant un douglas.

Articles similaires
Conseils pratiques pour réduire son impact carbone : 3. L’épargne
Conseils pratiques pour réduire son impact carbone : 3. L’épargne

Il existe des moyens de compenser son impact carbone, comme planter des arbres, par exemple. Mais il existe aussi des moyens de limiter son impact carbone. Il vaut toujours mieux prévenir que guérir. Voici donc quelques conseils pour une consommation d’énergie plus vertueuse et plus respectueuse du monde qui nous est commun. Car, ne l’oublions pas : si nous pouvons nous permettre de consommer tant d’énergie, c’est que...

Lire la suite

Conseils pratiques pour réduire son impact carbone : 4. L’eau
Conseils pratiques pour réduire son impact carbone : 4. L’eau

Il existe des moyens de compenser son impact carbone, comme planter des arbres, par exemple. Mais il existe aussi des moyens de limiter son impact carbone. Il vaut toujours mieux prévenir que guérir. Voici donc quelques conseils pour une consommation d’énergie plus vertueuse et plus respectueuse du monde qui nous est commun. Car, ne l’oublions pas : si nous pouvons nous permettre de consommer tant d’énergie, c’est que...

Lire la suite

Conseils pratiques pour réduire son impact carbone : 5. Les déchets
Conseils pratiques pour réduire son impact carbone : 5. Les déchets

Il existe des moyens de compenser son impact carbone, comme planter des arbres, par exemple. Mais il existe aussi des moyens de limiter son impact carbone. Il vaut toujours mieux prévenir que guérir. Voici donc quelques conseils pour une consommation d’énergie plus vertueuse et plus respectueuse du monde qui nous est commun. Car, ne l’oublions pas : si nous pouvons nous permettre de consommer tant d’énergie, c’est que...

Lire la suite

Conseils pratiques pour réduire son impact carbone : 6. Les appareils technologiques
Conseils pratiques pour réduire son impact carbone : 6. Les appareils technologiques

Il existe des moyens de compenser son impact carbone, comme planter des arbres, par exemple. Mais il existe aussi des moyens de limiter son impact carbone. Il vaut toujours mieux prévenir que guérir. Voici donc quelques conseils pour une consommation d’énergie plus vertueuse et plus respectueuse du monde qui nous est commun. Car, ne l’oublions pas : si nous pouvons nous permettre de consommer tant d’énergie, c’est que...

Lire la suite

Services & Garanties EcoTree

Paiements sécurisés

Paiements sécurisés
SlimPay - SEPA - Payline

Service client

Service client
Satisfait ou remboursé
24h/24 & 7j/7

EcoTree & l'AMF

EcoTree & l'AMF
EcoTree est enregistré auprès de l’AMF sous le numéro D-18-01 en tant qu’intermédiaire en biens divers

Entreprise 100% européenne

Entreprise 100% européenne
Soutenez une jeune pousse et participez à la création d'emplois