Blog

Nouvelles de nos forêts, événements, vie de l'équipe EcoTree

Agroforesterie et viticulture : un mariage vertueux

Agroforesterie et viticulture : un mariage vertueux

L’alliance de la vigne et de l’arbre n’est pas nouvelle. Il s’agit plus précisément d’une redécouverte et d’une adaptation de techniques ancestrales, poussée par le développement des sciences. Les arbres sont une aide tout à fait précieuse pour les viticulteurs, à condition d’agir patiemment et méticuleusement, comme le montrent certaines expérimentations.

Rappelons que l’agroforesterie a pour principe d’associer une production agricole à des plantations sylvicoles. Elle s’inscrit ainsi dans une démarche d’intensification écologique des pratiques agricoles. Faire pousser des arbres en combinaison avec des cultures, des surfaces fourragères et des élevages permet de combattre l’érosion, de préserver l’humidité du sol et de recycler les éléments nutritifs, tout en réduisant l’incidence de l’agriculture sur l’environnement.

Avantages de l’agroforesterie en contexte viticole

On observe trois avantages majeurs à mener une pratique agroforestière en viticulture. Toutefois, celle-ci est encore assez peu mise en place, faute d’exemples. Car il ne s’agit pas de planter n’importe quelles essences d’arbres n’importe où. Il est impératif d’étudier auparavant les sols et de savoir quels cépages complanter avec quels arbres. De la même manière, les études menées, notamment par le projet VITOREST dans le Bordelais, le Cahors et les Côtes de Gascogne, ont démontré que la distance de plantation des arbres variait en fonction du sol, de la vigne, et de l’essence. C’est tout un art de savoir à quelle distance planter les arbres et combien d’années il faudra attendre pour que les vertus de l’agroforesterie se fassent connaître. Mais c’est ce qui rend cette pratique si riche et si intéressante.

Avantages sociétaux

Sur un plan sociétal, cette pratique répond à la demande croissante des consommateurs d’acheter des produits de qualité, dont l’impact environnemental soit minimal. Nous savons qu’aujourd’hui, certains consommateurs se nomment eux-mêmes « consommacteurs », pour montrer que leurs achats et leur mode de consommation tiennent compte de la manière dont les denrées sont produites et acheminées. Plus largement, c’est un mouvement de société global, qui n’est pas près de s’arrêter. Nous avons un besoin immense, aujourd’hui, que les choses que nous faisons ou que nous consommons aient du sens et soient incluses dans une spirale vertueuse.

Avantages environnementaux

Sur un plan environnemental, la présence d’arbres au sein d’une parcelle de vignes permet de maintenir ou de favoriser le retour de la biodiversité (oiseaux, insectes, reptiles, micromammifères, lombrics, etc). Elle accroît la capacité de stockage du carbone et limite la perte d’azote par lixiviation (phénomène chimique de dissolution des particules via le ruissellement de l’eau). Les arbres permettent également de réguler le climat et jouent un rôle de correcteur de températures. Ils peuvent avoir un effet limitant sur les gelées et les sécheresses, notamment grâce à l’évapotranspiration. Ils ont également une fonction de brise-vent. S’agissant de haies, elles participent à limiter les dérives aériennes de produits phytosanitaires.

Avantages économiques

Sur un plan économique, certaines associations d’arbres et de vignes ont permis d’observer un gain de productivité de biomasse. Par ailleurs, la valorisation de certaines essences d’arbres précieuses permet d’accroître, sur le long terme, la valeur ajoutée de la production. Le viticulteur récoltera également du bois, et/ou des fruits. Il faut évidemment prendre en compte les coûts de plantation, de traitement et de récolte, mais au bout du compte, si l’entreprise est bien menée, c’est un pari gagnant.

Articles similaires
Reboiser la Terre avec la méthode Miyawaki
Reboiser la Terre avec la méthode Miyawaki

Aujourd’hui âgé de 90 ans, le docteur Akira Miyawaki, botaniste expert en écologie végétale et professeur émérite à l’université nationale de Yokohama au Japon, est l’inventeur d’une méthode de reboisement qui porte son nom et qui se développe dans le monde.

Lire la suite

Focus sur l’épicéa de Sitka
Focus sur l’épicéa de Sitka

Originaire de la côte ouest de l’Amérique du Nord, l’épicéa doit son nom à l’île côtière de Sitka, en Alaska. Ce grand conifère de la famille des pinacées y a été étudié par le botaniste écossais Archibald Menzies, à la fin du XVIIIe siècle.

Lire la suite

Focus sur l’alisier torminal
Focus sur l’alisier torminal

Sorbus torminalis porte plusieurs noms vernaculaires. On l’appelle alisier torminal, mais aussi alisier des bois ou sorbier torminal. Ce n’est pas tant sa rareté que sa dispersion sur la quasi-totalité du territoire qui en font l’un des plus précieux feuillus. Il peut arriver qu’une très belle grume d’alisier torminal dépasse les 2000 €/m3. Toutefois, son cours est en baisse, ces dernières années.

Lire la suite

Forêts de France : contenons l’ensauvagement !
Forêts de France : contenons l’ensauvagement !

Que les forêts poussent, tant mieux ! Nous sommes les premiers à nous en réjouir. Mais attention, toutes les forêts n’ont pas les mêmes fonctions, et laisser le territoire se réensauvager ne nous promet par que de belles choses. Et si nous favorisions les plantations ?

Lire la suite

Services & Garanties EcoTree

Paiements sécurisés

Paiements sécurisés
SlimPay - SEPA - Payline

Service client

Service client
Satisfait ou remboursé
24h/24 & 7j/7

EcoTree & l'AMF

EcoTree & l'AMF
EcoTree est enregistré auprès de l’AMF sous le numéro D-18-01 en tant qu’intermédiaire en biens divers

Entreprise 100% européenne

Entreprise 100% européenne
Soutenez une jeune pousse et participez à la création d'emplois